Tous les Microphones aux Meilleurs Prix 🎙

Préampli Micro Comparatif et Test

Préampli micro pour studio

Découvrez tous les tests de préampli micro pour les studios d'enregistrement ou le live. L’usage d’un préampli micro permet de garantir des enregistrements sonores de haute qualité en home-studio ou en studio professionnel. D’où l’intérêt de bien le choisir. On vous guide pour le choix de votre préampli. Les marques les plus prestigieuses sont AMS-Neve, API Audio, Audient, Avalon, DBX et Golden Age.

À savoir : un bon préampli micro permet de sublimer le son de votre microphone. Il faut également faire attention à l'impédance et au gain d'entrée. Tout dépend du microphone.

Quel meilleur préampli micro choisir ? ✅

Si la qualité sonore de vos anciens enregistrements audio et vidéo ne vous a pas satisfait, cela signifie que vous n’avez (peut-être) pas songé à investir dans l’achat d’un préampli micro dédié. Quels que soient les types de microphones que vous allez utiliser en home-studio, l’usage d’un préampli micro est incontournable pour garantir un rendu audio net et d’une qualité bien meilleure.

Vous comprenez donc l’intérêt d’utiliser un préampli micro performant dans un studio d’enregistrement. La vraie question qui se pose consiste maintenant à savoir quels sont les critères à prendre en compte pour bien le choisir.

Il faudra aussi faire attention au choix du type de préampli micro à privilégier en fonction du type d’enregistrement à réaliser et surtout de la qualité sonore qu’on souhaite obtenir. D’où l’objet de ce guide.

À quoi sert un préampli micro ? 🤔

Un préampli micro sert principalement à amplifier le signal sonore délivré par un microphone (quel qu’en soit le type) au moment d’effectuer une prise vocale ou instrumentale dans un studio. L’on obtient ainsi un signal audio de qualité optimale et dont le rendu peut être traité plus facilement via une interface audio ou une console de mixage dédiée.

Un préampli micro remplit une fonction essentielle puisqu’il permet à la fois d’augmenter les gains audio et de donner de l’ampleur ainsi que de la profondeur au son qu’on souhaite enregistrer. Le choix d’un préampli micro doit aussi obéir à trois règles fondamentales. Il tient notamment compte de :

  • La réserve de puissance (qu’on dénomme « headroom »).
  • L’alimentation fantôme (en fonction du type de micro choisi). Si on a besoin d’utiliser un micro à condensateur, il faudra bien l’activer. Pour le cas d’un micro dynamique, il est fortement recommandé de la désactiver pour ne pas détériorer le micro dynamique, car ce type de micro studio présente la particularité d’être conçu pour fonctionner sans nécessité d’usage d’une quelconque alimentation Phantom.
  • L’atténuateur (en fonction du débit de signal électrique sonore perçu à l’entrée micro du préampli).


L’utilisation d’un préampli micro performant et de bonne qualité vous permettra de garantir une qualité d’enregistrement quasi irréprochable. Le rendu sonore sera nettement meilleur si vous en couplez l’utilisation avec celle d’une table de mixage et d’une carte son dotée d’un préamplificateur interne.

Préampli micro et ampli ordinaire : quelle différence ? 👏

Le préampli micro et l’amplificateur audio classique remplissent (en commun) un rôle essentiel qui consiste à amplifier le son, mais la ressemblance s’arrête là ! Le premier, c’est-à-dire le préampli micro sert à amplifier le signal sonore à l’entrée (donc à l’input) pour en parfaire le traitement audio.

Quant au second (c’est-à-dire l’amplificateur de puissance sonore), amplifie le son à la sortie (donc à l’output). Le son qui a été déjà traité et qui doit sortir par voie d’haut-parleurs doit être aussi amplifié.

Un préampli micro ne peut pas remplir cette fonction. Cela revient à l’amplificateur audio classique, c’est-à-dire à l’amplificateur de puissance sonore.

Et de même pour un préampli phono, il amplifie et embellit le son émanant d’un platine vinyle tourne-disque à l’entrée en passant par le biais d’une console de mixage dédiée. Le son émanant du platine tourne-disque avec cellule phono ressort propre, net et parfaitement symétrique pour être amplifié à l’aide d’un ampli-tuner en output vers les haut-parleurs et vers une sortie casque ou casque audio pour monitoring.

Vous pouvez aussi choisir de faire ressortir le son pour pouvoir l’amplifier davantage en output avec un ampliop. Cet ampli opérationnel accentue fortement le gain à son entrée pour booster la sonorité qui va ressortir vers les puissants haut-parleurs de 120 à 150 Watts.

Un amplificateur ordinaire de Classe A sert à diffuser le signal de niveau ligne sur tous types d’enceintes (Hifi, Home-cinéma, Subwoofer, enceintes filaires ou même sans fil…). Techniquement, on entend par « niveau ligne » le signal audio capté et qui va être amplifié pour le faire passer de quelques millivolts à environ 1 Volt.

Si vous comptez raccorder votre tranche de console de mixage ou de table de mixage DJ en output à un ampli home cinéma, le recours à l’usage d’un adaptateur et de câbles spécifiques pourra parfois s’avérer nécessaire. Et de même lorsqu’on souhaite faire ressortir le son par un Subwoofer pourvu de connectique RCA.

Si vous utilisez plusieurs appareils multimédias, vous devriez aussi prévoir l’acquisition d’un récepteur, d’un décodeur UHF, d’un répartiteur de signal et de plusieurs convertisseurs pour pouvoir vraiment disposer d’un matériel de studio complet.

Le préampli micro et l’amplificateur classique ne sont pas les seuls dispositifs capables de fonctionner avec des signaux de niveau ligne. Les égaliseurs sonores et les compresseurs peuvent aussi recevoir ces types de signaux. Pour cela, on viendra seulement les brancher à un préampli micro (en input) et à un amplificateur audio (en output) pour diffuser le son via les enceintes.

Pourquoi doit-on investir dans l’achat d’un préampli micro dédié ? 🎤

D’une manière générale, les tables de mixage, les interfaces audio et les cartes-son à usage professionnel s’équipent déjà d’un préampli micro interne. Si vous en possédez et si vous vous en servez déjà, vous n’aurez pas forcément besoin d’acquérir un préampli micro dédié. Son achat est toutefois recommandé pour l’une des raisons suivantes :

  • Votre micro professionnel haut de gamme (dynamique ou statique) doit être uniquement branché sur des équipements d’enregistrements audio pourvus d’entrées ligne.
  • Votre table de mixage, votre carte-son ou votre interface audio intègre un préampli micro, mais il ne dispose pas d’assez de puissance pour générer suffisamment de gain. D’ailleurs, les micros à ruban, tout comme les microphones dynamiques à bobine mobile, confèrent un rapport signal – bruit très faible, et requièrent donc davantage de gains pour optimiser la perception du signal sonore à l’entrée.
  • Vous voulez augmenter le nombre d’entrées vers votre interface ou système audio.
  • Vous comptez donner plus d’ampleur, de profondeur, de dimensions, de détails et de clarté aux sons que vous allez enregistrer. Si c’est le cas, l’idéal serait de privilégier l’emploi d’un préampli micro à lampes ou à tubes.


Quels que soient vos besoins de perfectionnement d’enregistrement audio, l’utilisation d’un préampli micro dédié permettra d’obtenir un son plus fin, plus net et plus transparent. Les niveaux de gains perçus sont aussi très élevés, alors que pour le cas d’une table de mixage, ou d’une carte-son avec préampli micro intégré, ces gains dépassent rarement le seuil des 60 décibels.

Or, il convient de noter que les micros à bobine et à aimant, c’est-à-dire les micros à bobine mobile ainsi que les micros à ruban, peuvent nécessiter jusqu’à 70 dB de gains, voire plus selon le cas. L’utilisation d’un préampli micro externe à l’appui de celle d’une carte-son ou d’une table de mixage contribue donc grandement à améliorer la qualité sonore d’une prise vocale ou instrumentale.

Cela est d’autant plus nécessaire lorsqu’on sera amené à utiliser un micro dynamique. On pourra aussi obtenir un rendu sonore de qualité nettement meilleure et sans bruit de fond en couplant l’usage d’un préampli micro externe à celui d’un microphone statique ou à condensateur. De même si on compte l’utiliser avec un micro à large bande passante comme le Warm Audio WA-8000, ou offrant une réponse en fréquence comprise entre 20 Hz et 20 Khz.

Le préampli micro intégré à une carte-son, à une console de mixage ou à une interface audio confère souvent un rendu sonore dont la qualité dépasse la moyenne : plus de clarté, de transparence et de profondeur…, mais pour apporter une dimension particulière au son à enregistrer, l’usage d’un préampli micro externe s’avère plus qu’indispensable.

À noter par ailleurs que les interfaces audio et cartes-sons dotées de préamplis internes ne donnent accès qu’à des réglages basiques et relativement limités. Si vous souhaitez accéder à plus d’options d’égalisation sonore pour ajouter une belle couleur à la voix ou au son d’un instrument, il faudra que vous personnalisiez votre captation audio.

Or, les fonctions avancées telles que l’inversion de phase, la coupure de grave et les pads d’atténuation sont souvent manquantes sur une carte-son et une interface audio standard. Et ce, malgré qu’elles s’équipent un préampli micro performant intégré.

Les préamplificateurs externes pour micro de chez API et Neve sont (par exemple) réputés pour leur clarté, puissance et profondeur sonore quasi irréprochable. Bien qu’il existe une variété de tables de mixage haut de gamme et dotées de préamplis internes assez sophistiqués, l’usage d’un puissant préampli micro externe s’avère quand même avantageux.

D’ailleurs, un préamplificateur externe pourra apporter des tonalités et des colorations sonores spécifiques qui seront complémentaires à celles que les préamplis internes sont susceptibles d’offrir.

Les différents types de préamplis micro 🎙

Les préamplis micros disponibles sur le marché peuvent être classés de trois grands types : les préamplis à lampes ou à tubes, les préamplis à transistors et les préamplificateurs dénommés Channel Strips ou préamplis multicanaux.

Ces derniers donnent aussi accès à un panel de réglage plus large. Chacun d’entre ces préamplis génère des sonorités spécifiques. Tout va dépendre du rendu d’enregistrement que vous souhaitez obtenir.

En passant, vous pouvez aussi consulter notre guide de test complet du le microphone Presonus M7. Découvrez sur ce guide l’aperçu complet de ce microphone à condensateur, ainsi que notre avis sur la qualité de ce microphone et quelques démos de test sur son utilisation.

Le préampli micro à lampes

Ce préampli micro amplifie le son tout en y ajoutant de la profondeur ainsi qu’une belle couleur. Le préampli micro à lampes ou amplificateur à tubes diffère d’un préampli à transistor en raison du fait qu’il a tendance à transformer le son en y ajoutant un bel effet de distorsions. Le rendu sonore amplifié par un préampli à transistor demeure (quant à lui) plus net et à la fois neutre.

Le préampli micro à lampes intègre un ou deux tubes à vide pour amplifier le gain audio émanant du micro. Son choix est idéal si vous voulez ajouter plus de chaleur, de couleur, de rondeur et de dynamisme à la tonalité de vos enregistrements. Ces tubes à vide fonctionnent de façon à générer une distorsion qui accentue les harmoniques de second ordre et qui sonnent mieux aux oreilles.

Mis à part ce fait, les lampes intégrées à ce préampli micro fonctionnent à la manière des compresseurs. Ce qui a pour effet d’équilibrer le son en diminuant les pressions sonores (Spl) ainsi que les attaques de notes (plus offensives) en les compressant légèrement.

On obtient ainsi un son plus doux et nettement agréable à entendre. Le préampli micro à lampes comporte un ou deux tubes (tubes 12AX7) qui sont normalement remplaçables lorsqu’ils sont usés. Le choix de ce type de préampli micro reste surtout idéal si vous souhaitez donner un effet rétro, vintage et à la fois doux aux rendus sonores de vos enregistrements.

Il convient parfaitement à la captation audio des sons graves et de tonalité moyenne (ou médium). Notons en revanche que ce type de préampli n’est pas tout à fait recommandé pour la prise audio des sons aigus comme ceux d’un violon, des caisses claires, d’une guitare acoustique, ou d’une guitare électroacoustique.

Le préampli micro à transistors

Comme son nom l’indique, le préampli micro à transistors qu’on nomme aussi préampli miro « Solid State » fonctionne à base de transistors (à la place des lampes) pour amplifier le signal sonore. De par sa conception spécifique, le préampli micro à transistor confère un gain audio plus net et de haute-fidélité.

Ce préampli micro élimine les distorsions pour offrir plus de clarté, de netteté et de transparence au son perçu à l’enregistrement. Le son délivré par ce type de préampli micro provient de ses circuits d’amplification ou bien des transformateurs qui le composent (si sa conception y est basée en partie).

Comme il a été suscité, le préampli à transistors délivre un son plus transparent. Contrairement à un préampli à lampes, un préampli micro à transistors est capable de gérer un débit important de signal sonore dans les aigus. Et ce notamment, sans manifester (presque) aucune distorsion ou déformation de signal sonore à l’entrée (c’est-à-dire à l’input).

C’est ce qui le rend particulièrement efficace pour l’enregistrement sonore de musique classique. Le préampli micro à transistors s’adapte aussi plus spécifiquement aux exigences d’écoute d’un audiophile.

Autre guide : Test et avis du microphone Blue Bluebird SL. Découvrez sur ce guide l’aperçu des fonctions techniques, la qualité sonore, les caractéristiques techniques, ainsi que notre avis et quelques démos d’utilisation de ce microphone à condensateur.

Le préampli micro « Channel Strip »

Le Channel Strip est un préampli micro spécifique « multicanal » et qui dispose donc d’un panneau de réglage assez complet pour parfaire l’amplification du signal audio perçu à son entrée. On y trouve généralement un égaliseur sonore, un compresseur, un pad atténuateur, un limiteur de bruits et un déesseur.

La fonction « De-esser » agit à peu près comme un filtre anti-pop, sauf qu’au lieu de réduire les plosives de « p », elle sert à diminuer les sifflements de « s » (cette fois-ci) par voie de réglage. À lui seul, ce type de préampli peut donc permettre de peaufiner et d’optimiser le réglage du signal sonore à l’entrée.

Un préampli micro Channel Strip donne accès à tous les réglages audio nécessaires pour rectifier, améliorer, paramétrer et optimiser le débit de signal sonore perceptible à l’entrée micro. Son achat peut constituer un investissement ingénieux si on souhaite obtenir une qualité sonore d’enregistrements irréprochables.

Le Channel Strip confère aussi beaucoup plus de polyvalence que les deux préamplis micro précédents. Si vous êtes prédisposé(e) à mettre un certain prix pour acquérir un préampli audio Channel Strip puissant et performant, optez pour le préampli AMS Neve 1073 DPX !

Quel préampli micro choisir pour son enregistrement audio ? 🎛

Le choix du type de préampli micro doit avant tout dépendre de l’utilisation que vous souhaitez en faire. Ci-après donc les principales recommandations de choix de type de préampli micro à privilégier en fonction de vos besoins d’enregistrements audio :

  • Si la source sonore depuis laquelle le signal audio est capté est assez faible (il peut s’agir d’une voix ou d’un type d’instrument en particulier), il convient d’utiliser un préampli à lampes pour y ajouter plus d’ampleur, de puissance et de profondeur.
  • Si vous souhaitez obtenir un rendu sonore pur et (presque) fidèle à la source, il est recommandé d’utiliser un préampli micro à transistors. Cela vous permettra d’obtenir un son épuré, neutre et richement nuancé. Il en est de même pour la prise sonore des voix aiguës et des instruments qui génèrent des pressions acoustiques assez puissantes en Spl (y compris les percussions et la batterie).
  • Si vous comptez vraiment épurer et traiter le son au préalable pour en optimiser la qualité au mieux, bien avant que le signal parvienne à l’entrée d’une interface audio ou d’une console de mixage, il est conseillé d’utiliser un préampli multicanal ou Channel Strip.

À chaque préampli micro à ses propres spécificités 🎯

Quoiqu’une console de mixage ou une interface audio intègre déjà un préamplificateur pour traiter le signal audio, il convient toujours d’en peaufiner la qualité en usant d’un préampli externe dédié. Cela vous permettra, en plus d’amplifier le son, d’en améliorer le rendu ; voire même de l’enrichir.

Qu’il s’agisse d’une prise vocale ou d’une prise instrumentale, un préampli micro permet de donner du timbre au son que vous souhaitez obtenir. Les préamplis à lampes confèrent plus ou moins de distorsions sans que le signal sonore se détériore. Bien au contraire, le rendu sonore perçu obtiendra plus de rondeur, de dimensions et de profondeur.

Les préamplis à transistors quant à eux réduisent les distorsions au maximum pour conférer une netteté sonore impeccable et dépourvue de faible bruit tout en supprimant les pics. Et ceci, de façon à rendre le son plus agréable à l’écoute.

Les préamplis Channel Strips, pour leur part, répondent à un usage plus polyvalent, car en plus d’ajouter des gains, de supprimer les bruits et d’enrichir le son, ils permettent d’optimiser le réglage sonore de la prise audio. Et ce, bien avant la transmission du signal à l’entrée d’une table ou d’une console de mixage sophistiquée.

Par ailleurs, vous pouvez aussi découvrir notre guide de test et avis sur le microphone Lauten Audio Atlantis FC-387. C’est un microphone à condensateur avec un semi-conducteur de types NTE. Découvrez sur ce guide le détail complet de ce micro studio, ainsi que sa qualité sonore.

Un préampli micro permet-il d’optimiser le transfert audio numérique ❓

Effectivement, c’est possible en fonction du type de préampli micro choisi et à condition qu’il soit pourvu d’une ou de plusieurs entrées numériques pour y brancher un câble USB. Grâce à ce câblage, on peut donc d’optimiser le transfert audio numérique.

L’avantage d’un préampli micro équipé de connectique USB et compatible avec un processeur Dsp (Digital signal processor) résident dans le fait qu’il ne manifeste aucune perte de signal audio. Et ce, même au cas où l’on souhaiterait exporter l’audio au format dsd (Direct Stream digital).

Le son perçu en input (c’est-à-dire à l’entrée) en mode analogique ressort tel qu’il est en output et se voit même épuré et coloré dans sa version numérique. Ainsi, le son sera beaucoup plus facilement exploitable sur un ordinateur doté d’une interface audio USB dédiée.

Comment parfaire la prise instrumentale en usant d’un préampli micro ? 🤔

Il peut s’avérer judicieux de brancher une guitare électrique, une guitare acoustique ou une guitare électroacoustique sur un préampli micro. Il peut aussi bien s’agir d’un préampli micro à lampes que d’un préampli à transistors ou bien d’un préampli multicanal. Bien sûr, vous pouvez vous servir d’un ampli de guitare en output.

Attention seulement à ne pas brancher ces instruments à haute impédance ! Assurez-vous d’abord que le préampli dispose d’une entrée dédiée qu’on pourrait facilement reconnaitre par l’indication (Hi-Z) ou « Instr ». Les préamplis qui en sont pourvus possèdent aussi une entrée XLR ainsi qu’une entrée jack.

Vous devez aussi faire attention avec les instruments pourvus d’une sortie ligne comme les synthétiseurs ou les pianos électriques. Ces instruments délivrent un signal audio dont la puissance dépasse souvent celle dont le préampli micro lui-même est capable de délivrer.

S’il faut donc venir y brancher un synthétiseur sans risques, on doit absolument faire attention au Réglage du volume de la sortie. On devra le réduire le plus possible !

À quelles autres fonctions un préampli micro externe peut-il répondre ? ✅

Un préampli micro (quel qu’en soit le type) possède normalement trois principales fonctions :

  • L’alimentation Phantom de 48 V : il permet uniquement d’alimenter les micros à condensateurs en usant d’un câble de signal XLR dédié. Attention toutefois, car cette fonction doit être désactivée lorsqu’on souhaite utiliser un microphone dynamique à bobine mobile. On évitera ainsi de le détériorer.
  • Inversion de phase : l’inverseur de phase est grandement utile lorsqu’on compte se servir de plusieurs microphones à la fois (cardioïde, omnidirectionnel, bidirectionnel, etc.).
  • Filtre coupe-bas : cette fonction permet de réduire la saturation de signal sonore susceptible d’être générée par les sons dont la tonalité est trop basse.

À part ces fonctions, un préampli micro peut aussi donner accès à un panel de fonctions plus large. Il en est ainsi particulièrement du préampli micro Channel Strip ou multicanal qui permet d’avoir accès aux quatre principales autres fonctions suivantes :

  • EQ : cette fonction d’égalisation sonore permet de modifier le timbre sonore en plein enregistrement et notamment lors de l’émission du signal audio à son entrée. Elle permet d’amplifier, de diminuer certaines fréquences (basses, médiums, aigües) et de réduire le niveau de bruit.
  • Compresseur : cette fonction de compression permet d’atténuer la portée dynamique du signal sonore émis à l’entrée du microphone. Les signaux les plus faibles se voient ainsi accentués et amplifiés.
  • Gate/expander : cette fonction sert à supprimer les bruits et les grains.
  • De-esser : cette fonction sert à réduire les sifflements « S » au maximum. Vous pouvez aussi paramétrer cette fonction pour garantir une netteté sonore optimale au moment d’effectuer une prise vocale avec un micro statique pourvu d’un filtre anti pop.

Notre sélection de Préampli Micro ❤️

Pour une prise parfaite, nous avons effectué une sélection parmi les meilleurs préamplis micro sur le marché. Il est tout de même important de noter qu’avant d’acheter un préampli, pensez à l’essayer. N’oublions pas que chaque préampli produit un son unique en son genre.

  • DBX 286s : Une tranche de console au rapport qualité/prix exceptionnel
  • SPL Goldmike 9844 : Un excellent préampli micro à lampe très polyvalent
  • AMS Neve 1073 DPX : La référence dans le haut de gamme et le son vintage